21/04/11

O INIMIGO

L'ENNEMI

Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage´
traversé ça et là par des brillants soleils;
le tonnerre et la pluie on fait un tel ravage
qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
pour rassembler à neuf les terres inondées,
où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
trouveront dans ce sol lavé comme un grève
le mystique aliment qui ferait leur vigueur?

Ò douleur! Ò douleur! Le Temps mange la vie,
et l'obscur Ennemi qui nous ronge le coeur
du sang que nous perdons croît et se fortifie!






Trebón de Escher


O INIMIGO


A miña xuventude foi só unha tormenta
Furada acá e alá por brillantes lampexos;
As fortes chuvieiras fixeron tal desfeita
Que os froitos no xardín ben poucos son vermellos.

Velaquí que batín co outono dos ideas
E cómpre empregar a pa e o rastrelo
Para volver xuntar as primitivas terras
Onde a auga fendeu o espazo dos sartegos

E quen sabe se estas novas flores que intúo
Acharán neste chan lavado como entullo
O místico alimento que as porá en vigor?

Oh dor! Oh dor! O tempo come a vida
E os escuro inimigo que nos fendeu en dous
Do sangue que perdemos medra e reaviva