26/12/11

Georges Moustaki-Il y'avait un jardin




C'est une chanson pour les enfants                        Esta é unha canción para os nenos
Qui naissent et qui vivent entre l'acier                     que nacen e viven entre o aceiro
Et le bitume entre le béton et l'asphalte                   e o betume entre o asfalto e o concreto
Et qui ne sauront peut-être jamais                           e que nunca saberán
Que la terre était un jardin                                     que a Terra era un xardín

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre                 Era un xardín chamado Terra
Il brillait au soleil comme un fruit défendu                brillaba ao sol coma un froito prohibido
Non ce n'était pas le paradis ni l'enfer                     non, non existía o paraíso nin o inferno
Ni rien de déjà vu ou déjà entendu                          nin nada xa visto ou comprendido


Il y avait un jardin une maison des arbres                Era un xardín, unha casa, árbores
Avec un lit de mousse pour y faire l'amour               con leito de musgo para amarse
Et un petit ruisseau roulant sans une vague               e un regato correndo sen ondas
Venait le rafraîchir et poursuivait son cours.             víñao refrescar e seguía o seu camiño

Il y avait un jardin grand comme une vallée               Era un xardín grande coma un val
On pouvait s'y nourrir à toutes les saisons                 onde alimentarse todas as estacións
Sur la terre brûlante ou sur l'herbe gelée                    sobre a terra ardente ou a herba xeada
Et découvrir des fleurs qui n'avaient pas de nom.       onde descubrir flores que non tiñan nome

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre                    Era un xardín chamado Terra

Il était assez grand pour des milliers d'enfants             grande abondo para milleiros de nenos
Il était habité jadis par nos grands-pères                    estaba habitado antano polos nosos avós
Qui le tenaient eux-mêmes de leurs grands-parents.    que o herdaran dos seus antergos

Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître               Onde vai o xardín onde poderiamos ter nacido

Où nous aurions pu vivre insouciants et nus,               onde poderiamos ter vivido sen coidados e espidos
Où est cette maison toutes portes ouvertes                 onde vai a casa toda portas abertas
Que je cherche encore et que je ne trouve plus.          que aínda procuro sen dar nunca con ela.



                                                                                 ( tradución sen metro nin rima)